Projets de recherche

INCLUDE Démonstrateur numérique national sur le thème de l’inclusion des apprenants dans les filières du supérieur

L’Université Claude Bernard Lyon 1 (UCBL) est lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt « Démonstrateurs numériques dans l’enseignement supérieur » (DémoES).

Suite à l’annonce du Premier ministre ce vendredi 8 octobre 2021, l’UCBL sera démonstrateur national sur le thème de l’inclusion des apprenants au sein des filières de l'enseignement supérieur. Le projet est doté de 7 millions d’euros pour les trois prochaines années.

Le projet INCLUDE « Inclusion des apprenants dans le supérieur : cultiver les diversités en transcendant les barrières spatiales, temporelles et cognitives grâce à la transformation numérique » est coordonné par l’UCBL et fédère un ensemble d'actions portées en collaboration avec les partenaires du projet : l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean Moulin Lyon 3, l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, l’INSA Lyon, l’ENS Lyon, l’École Centrale de Lyon, l’Académie de Lyon, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département de l’Ain, Roannais Agglomération, la Mairie d’Oyonnax, ainsi que des acteurs de l’écosystème EdTech régional, le réseau Lyon EdTech et des partenaires étrangers.

SOMMAT : Le sommeil comme levier du développement cognitif de l’enfant


Environ 30 % des enfants manquent de sommeil ce qui a des conséquences réelles sur leur fonctionnement pendant la journée. Les enfants d'âge préscolaire dont la durée ou la qualité du sommeil est insuffisante présentent un fonctionnement cognitif inférieur. Dormir moins de 10 heures par nuit pendant l'enfance double le risque de présenter des symptômes d'hyperactivité. Outre le sommeil nocturne, les siestes jouent un rôle important dans la consolidation des apprentissages, le bien-être psychologique et la réduction des problèmes émotionnels et comportementaux chez les enfants âgés de 3 à 6 ans. Comme le sommeil nocturne, la sieste doit être considérée comme un facteur essentiel du développement cognitif de l'enfant. Cependant, peu d'études ont tenté de comprendre l'évolution d'un sommeil biphasique vers un sommeil exclusivement de nuit, et les conséquences de la suppression prématurée de l'opportunité de faire la sieste.

Le présent projet a pour ambition de mieux comprendre comment le sommeil diurne et nocturne interagit et a un impact sur le développement cognitif et langagier, les résultats scolaires et le comportement des enfants d'âge préscolaire. Ce projet vise (1) à étudier le lien entre le sommeil diurne et nocturne au cours du développement de l'enfant entre 3 et 5 ans, et (2) à explorer l'impact du sommeil sur le fonctionnement cognitif, le langage, le comportement et les performances scolaires, en se concentrant spécifiquement sur le rôle des siestes et d'un programme de prévention du sommeil. Nous émettons d'abord l'hypothèse que, comme le sommeil nocturne, la sieste a un impact sur le développement cognitif des jeunes enfants et qu'une suppression prématurée pourrait avoir un impact négatif sur l'apprentissage. Nous émettons également l'hypothèse que la valorisation de la sieste par une intervention devrait contribuer à améliorer les performances cognitives, le comportement et les résultats scolaires des enfants.
Contact : Amandine Rey, chercheuse, maîtresse de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1