Atelier


Retour sur Acta est fabula : atelier de danse du CCNR Yuval Pick

le 27 novembre 2019

Dans la continuité du spectacle des 10 et 11 octobre à l'ENSATT, un atelier a été organisé à l'Inspé Lyon

La création pour 5 danseurs de Yuval Pick, créée en 2018 au Théâtre National de Chaillot, s'est jouée Théâtre Laurent Terzieff de l’ENSATT, les 10 et 11 octobre.


Dans la continuité de cet événement, un atelier de danse a été organisé à l'Inspé Lyon le 27 novembre 2019. Noémie De Almeida Ferreira, danseuse du CCNR est venue faire partager la démarche de création de Yuval Pick lors d’un atelier de danse d’une formidable intensité . 15 danseurs , étudiants et enseignants qui étaient allés au spectacle « Acta es fabula » à l’ENSATT se sont éprouvés dans un jeu d’espace et d’énergie stimulant.
Une expérience joyeuse et très pédagogique qu’ils pourront partager avec leurs classes.

Dans Acta Est Fabula ("La pièce est jouée") Yuval Pick interroge la notion du collectif, comment il se fabrique, comment chacun interagit avec lui, quel espace commun il définit.
 
 

 

Yuva Pick prête une attention particulière à la notion d’appartenance à un lieu, à un groupe humain. Dans sa note d'intention du mois d'avril 2018 il écrit : "En France, je suis très intrigué par l’absence de symboles partagés par tous, parce que je sais le besoin fondamental que nous avons, en tant que créatures sociales, de symboles autour desquels se rassembler. Est-ce qu’il en existe encore ? Est-il possible d’en réinventer ? Pour cette pièce, j’ai envie, avec les cinq danseurs de ma compagnie, de créer quelque chose qui nous fédère, dans un espace donné, à notre échelle, à partir des singularités de chacun. [...] Ce qui m’intéresse ici c’est de travailler avec des sons, des voix, des chansons, qui ont laissé une trace en nous et qui nous rattachent à quelque chose de collectif. Nous rassemblons des matières sonores, procédant par emprunts, nous les agglomérons, les recréons, les déplaçons sur la scène. [...] En s’inspirant de notre pratique quotidienne de danseurs, la pièce est une forme de manifeste émanant des interprètes qui aborde l’ensemble par le travail sur l’unisson. Cet unisson, j’ai envie de le traiter comme un phénomène organique, pas comme un procédé donné d’emblée, mais au contraire comme le point de convergence des énergies et des parcours singuliers. À mes yeux, l’unisson ne doit pas amener les individus à être un, mais à faire un."

 
Publié le 21 novembre 2019 Mis à jour le 2 décembre 2019